Rentre dans la forêt des chats sauvages et découvres-y des terribles secrets...
 





AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Freedom. - Pirate Vagabond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Freedom. - Pirate Vagabond   Sam 25 Mai - 20:04


Nom complet • Sexe • Age • Clan • Rang • Trois qualités • Trois Défauts • Situation Amoureuse • Famille
Je ne supporte pas qu’un inconnu connaisse mon prénom ; et pourtant je suis obligé de vous l’apprendre. Afin que vous soyez digne de le connaître, lisez son histoire : ma tante a toujours eu une place plus grande que n’importe quelle autre personne dans mon cœur, plus grande que ma propre mère encore. J’ai été son apprenti, « son dernier apprenti » comme elle me l’avait dit. La Peste Noire, cette horreur, m’a séparé d’elle, l’a séparée de nous. Contaminée, elle a fui, honteuse et craignant de nous infecter. A l’heure qu’il est, elle est certainement morte ; mais vous vous demandez pourquoi je vous raconte tout cela ? Vous vous en moquez sûrement, mais comprenez que pour moi, « Pirate Vagabond » n’est pas n’importe quel nom, c’est le nom qu’elle voulait que je porte. Alors que je n’étais qu’un « Nuage Vagabond », destiné à un quasi-sûr « Cœur Vagabond », ma tante a choisi d’illustrer mon indépendance et mes envies d’aventures par un « Pirate Vagabond ». Vous connaissez mon nom, cependant vous m’ignorez, et je vous demanderai de l’oublier. Rappelez – vous seulement de m’appeler Pirate. Pirate, enfant insolent mais responsable, passionnément libre, jalousement possessif, étrangement drôle et sérieux, insupportablement franc. Pirate, 26 lunes, devenu guerrier de l’Ombre brutalement, solitaire au cœur tendre, vivant chaque jour un peu moins bien le fait d’être orphelin.

Timidement, une vieille chatte s’avance de quelques pas dans la plaine. Autour d’elle, de nombreux chats l’attendent, souriants. Elle reconnaît certains, d’autres lui sont inconnus. Un ancien s’approche d’elle :

« Bienvenue au Clan des Etoiles, Fleur des Champs.
- Cela fait longtemps que l’on ne m’avait pas appelée ainsi …
- Nous le savons, Fleur, nous le savons.
Un jeune chat fit quelques pas vers elle. Lorsqu’il fut près d’elle, elle trouva étrange de remarquer des yeux si semblables à ceux de Pirate. Des yeux vert métal. Un hoquet de surprise lui coinça la gorge lorsqu’elle comprit. La fourrure noir, le regard vert, la jeunesse.
« Nuage du Corbeau ?
- C’est moi. Patte Vagabonde vous a parlé de moi ?
- Patte Vag … Pirate ? Oui, oui, il m’a parlé de vous.
- Parlez-moi de lui, s’il vous plait.
- Ce n’est pas facile de décrire Pirate. Son nom l’illustre bien, finalement, tout en l’illustrant mal. Pirate est quelqu’un de franc, loyal, c’est un bon guerrier. Il n’aura aucun mal à donner sa confiance, mais dès qu’elle est perdue, c’est à jamais. Il croit beaucoup trop en l’avenir, si vous voulez mon avis. Vous le voulez ? Et bien c’est simple, il parle beaucoup de voyages, d’étoiles, de rêves, d’ailleurs. Parfois ça m’effraie, de le voir si pétillant, si passionné. Oui, Pirate est quelqu’un de passionné. Il croit en la vie, mais cela le brise chaque jour, et je crois qu’au final il n’y croira plus. Il aime beaucoup, et est beaucoup aimé. C’est vrai qu’il lui arrive d’être insupportable, enfantin, désagréable, mais il aura toujours cette mimique, ce sourire, cet éclat dans les yeux, cette voix douce qui nous fera tout oublier. Il se sent blessé quand il apprécie quelqu’un et que ce n’est pas réciproque, que cette personne le déteste sans le connaître. Il trouve ça ridicule, lui qui est avide de tout connaître, tout découvrir. Alors il fait semblant de s’en moquer, de n’y prêter attention, mais je sais qu’au fond, il est triste, comme s’il avait été trahi. Sa bonne humeur est souvent tâchée par ses durs souvenirs, mais il essaye de ne pas faire subir cela aux autres. Je sens qu’il a besoin de se libérer, mais depuis que sa tante nous a quittés, il a du mal. C’est vrai que ce départ l’a quelque peu changé. Il a muri brusquement, perdu sa foi en la famille. Lorsque cette dernière est partie, enfin, morte, il y a eu un temps où il fut renfermé sur lui-même. Je ne sais pas qui l’a aidé, mais un matin il s’est levé et, en arrivant vers le tas de gibier, nous a lancé un « Salut tout le monde ! » comme si rien n’était arrivé. Il a don pour rester mystérieux, pour ne demander de l’aide à personne, pour pleurer en silence sans avoir honte, pour faire semblant. S’il n’est pas facile de le faire parler, il est agréable de lui parler. Il écoute et comprend facilement, ne pose pas de questions, ne juge pas mais réconforte avant tout. C’est un ami incroyable, un ami que personne ne voudrait perdre, pour aucune raison. Un ami qu’il est d’apparence difficile de blesser mais qui, en son for intérieur, a des milliers de cicatrices, des milliers de coupures sanglantes, qu’il n’ose avouer. Mais Pirate reste un pirate, il est libre, indépendant. Il appartient à un clan car il ne supporte pas être seul, aime appartenir à une communauté, aime se sentir entouré et unique, je pense. Il est blagueur et tape sur le système de pas mal d’entre nous, mais on l’aime ainsi. Je me répète sans doute, mais il est impossible de le détester réellement, car il n’est pas quelqu’un de détestable. Il a un grand cœur et une grande gueule, le rire facile et l’insolence facile. Il est tout ça à la fois mais peut-être me trompé-je, il est si mystérieux, si vous saviez.
- Mais, Fleur, Fleur c’est ça ? Comment le connaissez-vous ?
- J’ai été son amie, pendant un temps.»




Mon apparence, vraiment ? Je ne vous pensais pas si curieux.
Comme vous avez pu le lire sans doute dans mon histoire, je suis un matou dont les muscles sont visibles. Je ne suis pas un tas de muscles, rassurez-vous, je ne suis simplement pas fin. Ma fourrure est un mélange de celle de mon père et de ma mère : grise et blanche. Mon poitrail est blanc, mon dos gris. Par-ci et par-là s’éparpillent des tâches rousses. Mes yeux sont semblables à ceux de mon frère : verts essentiellement, mais quelque chose qui fera que vous ne les trouverez pas totalement vert : le métal des yeux de ma mère. C’est ma tante qui m’a décrit ma mère, et à vrai dire ce n’était pas dur, nous avons tous les mêmes pupilles.



A présent, vous voulez connaître mon histoire ? Pardonnez-moi, je ne ferai pas l’intégralité dans les détails.

Je suis né il y a de cela 26 lunes. Mon père n’était pas souvent présent, il avait d’autres choses à faire, mais lorsqu’il était là, nous nous entendions très bien. Entre ma mère et mon père, ce n’était pas l’amour fou. En vérité, elle n’a jamais voulu avoir d’enfants, et même si elle nous appréciait beaucoup, mon frère et moi, c’était difficile pour elle de nous aimer. Mon père se rattrapait comme il pouvait en nous confiant à ma tante. Je crois qu’ils s’aimaient, tous les deux, et que c’est pour ça que ma mère ne s’est pas sentie si coupable lorsqu’elle est partie dans un autre clan, fuyant la Peste. Mon frère et moi nous aimions, mais moins nous nous voyions, mieux ça allait. Et croyez-moi, j’ai trouvé le temps long dans la pouponnière. A 5 lunes, j’ai rencontré mes amis, et je suis allé jouer de plus en plus souvent avec eux, tandis que Petit Corbeau, mon frère, avait rencontré Petite Rose, et ils s’entendaient très bien. Tout allait bien finalement, et même si ma mère n’était pas avec nous, je n’en souffrais pas.

Mais la vie est parfois moche, très moche, et elle a puni mon frère. Petite Rose tenait son nom de sa fragilité, qui est elle-même la cause de sa maladie. Ce fut un soir d’hiver, la température avait incroyablement chuté …


« Tata, j’ai froid … »

Mes gémissements agaçaient mon frère, mais je tremblais de tous mes membres. Lui aussi, tremblait, mais de peur. Il avait peur pour sa Rose, qui, et il le savait, était fragile. Elle était plus jeune que nous, une ou deux lunes de moins, et se tenait le plus loin possible de l’entrée, invisible dans la fourrure de sa mère.

L’aube tarda pour tous, le froid était prenant, diablement glacé. Comme ma tante le craignait, Rose n’avait pas tenu. Le guérisseur nous annonça sa maladie. En soit, elle n’était pas très grave, mais mon frère ne parvint pas à être soulagé. Comme s’il avait senti que sa protégée en succomberait. C’est arrivé une nuit, Corbeau s’était endormi à ses côtés, son poil noir contrastant avec celui, clair, de son amie. Il m’avait demandé de m’éloigner, mais je n’étais pas loin, et ce fut son cri qui me réveilla.

« ROSE ! ROSE NON ! »

Ses paroles se perdaient dans ses pleurs d’incompréhension, tandis qu’au fil des secondes, son visage se décomposait, comprenant rapidement que plus jamais sa belle n’ouvrirait ses pupilles bleues. Je me tins contre lui, le soutenant silencieusement, laissant échapper quelques larmes. Le visage de Corbeau, lui, était noyé dans ses pleurs. Il s’était recroquevillé sur la mousse tiède, son corps secoué de sanglots.


Dès lors, vous vous en serez douté, mon frère s’est enfermé sur lui-même. Comme s’il préparait quelque chose. Il voulut devenir guérisseur, afin de pouvoir sauver ceux qui, comme Rose, étaient tombés malades. Mais il ne put pas, ou plutôt n’eut pas le temps. Plus robuste que moi, il fut nommé apprenti dès ses 6 lunes, alors que j’attendis mes 7 lunes. Apprenti-guérisseur, il était toujours dans la forêt pour découvrir de nouvelles plantes, de nouveaux remèdes. Un jour où il s’était précipité pour décrocher une toile d’araignée dans un arbre, il tomba. Si haut qu’il ne se releva pas.

Ma tante me soutint beaucoup dans cette épreuve, et nous nous sommes encore rapprochés. Mon père et ma tante se voyaient souvent, et j’ai rapidement eut la certitude d’une relation entre eux. Pourquoi ils le cachaient, je n’en avais aucune idée, mais je ne posais pas de questions indiscrètes.

Enfin, je devins apprenti, et à mon plus grand bonheur, ma tante était mon mentor. C’était amusant, le contraste entre nos journées d’un sérieux exemplaire et nos soirées folles où je retrouvais ma tante. Mon père nous rejoignait de moins en moins souvent, et cela semblait inquiéter ma tante, nous comme je m’inquiétais. Un jour, je voulus en savoir plus, peut-être n’aurais-je jamais dû …


« Tata ?
- Oui ?
- Je … hum. Où est papa ? »

Un soupir s’échappa de sa gorge. Un profond et long soupir, trahissant sa fatigue de mentir. Elle me regarda longuement, me détaillant, comme si elle découvrait les muscles qui se dessinaient à présent sous mon poil, ma robuste carrure, mon visage s’étant affiné, mes traits s’étant affirmés.

« Si je te le dis, c’est que tu dois savoir. Ton père m’en voudra, mais tant pis. Tu as grandis, tu n’es plus le petit insouciant …
- Ce n’est pas la peine d’essayer de te justifier avec moi, tu le feras avec Papa, Tata.
- *rire* Tu as raison. Ton père a dans un premier temps essayer de retrouver ta mère, pour lui parler de … de Corbeau, tu sais ? Pour cela, il a demandé à des solitaires, s’ils l’avaient vue, s’ils la connaissaient. Il a eu beaucoup de mal, car elle avait changé de nom.
- C’est pour ça qu’il part de plus en plus souvent ?
- Oui.
- Mais pourquoi partez-vous de plus en plus souvent tous seuls ? Est-ce vous … tous les deux ?
- Non, nous ne nous aimons pas comme tu le penses, mais ton père avait besoin de conseils … pour toi.
- Je ne comprends pas …
- Il a peur que tu ne sois pas prêt pour … Prêt à …
- Tata, tu sais, je peux comprendre.
- Oui, oui, pardon. Ton père veut quitter le clan, il ne se sent pas bien ici. Comme tu le sais, depuis longtemps il veut être solitaire, mais la relation avec ta mère l’en avait empêché, puis vous. Il n’a pas voulu vous abandonner. »

Elle m’avait coupé le souffle, ôté la parole. C’était étrange, comme sensation, je ne saurai décrire. En soit, je me sentais d’avoir brisé les rêves de liberté de mon père. Après les paroles de ma tante, j’avais encore plus de respect pour mon père, et je me sentais redevable de le laisser partir. Je me souviens avoir murmuré un merci et avoir couru dans la tanière des guerriers, la tanière voisine. Mon père était là, assis dans un coin, admirant le ciel. Ayant senti ma présence, je me rappelle qu’il s’était retourné. Je lui avais alors dit que je ne lui en voudrais pas, s’il partait.

« Tu sais Papa, je te n’en voudrais pas. Qu’importe ce que tu pourrais faire, je t’aimerai toujours, de toute manière. J’ai grandi, mûri, et je crois qu’il est temps pour toi de réaliser tes rêves. Moi, je n’aimerai pas qu’on brise les miens. Alors je te souhaite de bien prendre ton envol. Ne reviens pas, pars tout de suite. Demain, peut-être te retiendrais-je, alors pars. Ne reviens pas, car devoir te quitter plus d’une fois sera trop dur. Pars, et n’oublie pas de dire au revoir à ceux que tu aimes. »


Il m’a souri, m’a murmuré qu’il aimait et a couru vers la sortie. J’avais les larmes aux yeux. A 20 lunes, je n’étais pas encore prêt à laisser partir mon père, mais j’avais ma tante, après tout. Je l’ai regretté, lorsqu’une nuit, ma tante m’a réveillé à faibles paroles.


Elle tremblait faiblement, elle me faisait peur. Sans attendre, je l’ai mise à l’air frais, et, après m’être assuré qu’elle respirait sans difficulté, je courus jusqu’à la tanière du guérisseur et le réveillai à grands cris. Il accourut sans attendre. L’aube se levait, et avec elle apparaissaient sur le corps de ma tante d’affreuses tâches noires. Elle leva vers moi des yeux effrayés et me chuchota : « Fuis. »


Je me souviendrais toujours de ses pupilles écarquillées, de son souffle court. Voyant que je n’avais pas remué un seul de mes membres, elle s’empara de ses dernières forces pour se lever et courir vers la sortie. Figé, je la vis m’échapper, disparaître de ma vue, entendis ses pas s’estomper dans l’aurore. L’incompréhension pouvait sans aucun doute se lire sur mon visage où coulait déjà quelques larmes. J’ai baissé la tête et, résigné, a accepté mon destin.

Je devins guerrier. Quand on m’apprit l’histoire de mon nom, je me promis de le protéger.

Durant plus d’une lune, mais moins de deux, je me suis isolé. Mais j’avais mes amis, qui de loin me soutenaient. Et puis, j’avais elle, qui un jour m’a poussée à sortir de mon silence.



Si mon père l’avait fait pour ma mère, peut-être pouvais-je le faire pour lui ? Il fallait que je lui dise pour Tata. Ma gorge se serra à sa pensée, et je m’y accrochais tandis que je courrais vers les terres libres. Je tenais cela de mon père : j’aimais voyager, me sentir libre tout en ayant une maison et des visages amicaux m’accueillant. Depuis peu, j’avais repris goût à la vie, grâce à une quête : retrouver mon père. Ça allait marcher, je sentais déjà une présence. Pourtant, sans que je m’y attende, je me trouvais devant un vieux chien et une autre silhouette. Je reculai vivement et bondis dans l’arbre le plus proche. Les chiens étaient dangereux, tout le monde le savait. Oui, mais il avait l’air amical, celui-là … Je décidai de m’en tenir aux conseils de ma tante.

« Et bien mon ami, as-tu si peur que ça de nous ?
- On m’a de nombreuses fois conseillé de ne pas m’approcher des chiens, je m’excuse.
- Tu as raison de suivre les conseils, tu aurais pu tomber sur Molosse.
- Vous êtes plusieurs chiens, génial.
- Oh non, nous ne sommes que deux, mais je n’aime pas bien Molosse.
- Moi je suis Fleur, une vieille chatte qui ne te fera plus aucun mal.
- Qui me dit que vous n’allez pas m’en faire ? Je connais votre force. Qui me dit également que vous n’êtes pas une ruse, une couverture pour que votre Molosse ne m’attaque ?
- Tu as l’esprit futé, jeune homme. Eh bien, reste dans ton arbre et discute avec Fleur, veux-tu ? Je ne suis que de passage, je rentre chez moi.
- S’il te plait … Je n’ai pas souvent l’occasion de papoter.
- Faisons ainsi.
- Quelle raison t’amène ici ?
- Je cherche un chat. Pourrais-tu m’aider ?
- Le connais-tu, ce chat ?
- Oui.
- Décris-le-moi, alors !
- Bien, il est plutôt grand, son poil est gris. Il appartenait au Clan de l’Ombre.
- Je n’ai pas croisé ton matou, mais une chatte du Clan de l’Ombre.
- Une chatte ?!
- Elle avait l’air mal en point, à vrai dire.
- Comment était-elle ?
- Ton ton est devenu froid, la connais-tu ?
- Il se pourrait que ce soit ma tante.
- Elle est partie à l’est, je ne sais pas où elle s’est rendue, elle n’a pas voulu me parler.
- Oh …
- Pardonne-moi. Veux-tu que l’on parle d’autre chose ? »


De jour en jour, la vieille chienne a gagné ma confiance. Je suis revenu la voir et puis un jour, j’ai quitté ma branche. J’étais heureux d’avoir trouvé une amie, elle était heureuse d’avoir enfin un ami. Deux lunes plus tard, j’eus deux ans, et elle s’arrangea pour me dégoter des baies sucrées et délicieuses, qu’elle avait enroulées dans une feuille verte. Ce jour-là, je me sentais heureux, et j’ai décidé de renouer avec mes amis. J’allais la voir le plus souvent possible, mais il y a des jours où elle n’était pas là, où elle avait dû rester chez elle. Son chez-elle ? Une cabane abandonnée mais confortable.

Elle m’avoua que Molosse était son cousin, et qu’il était encore plus vieux qu’elle. Qu’au fond elle avait un peu peur de le perdre, mais que j’étais là, moi. Quand elle me l’a dit, j’ai ressenti des papillons dans le ventre et un serrement au cœur. Je savais que ma place était là, auprès de ma troisième mère.

Quelques jours plus tard, elle n’était pas venue. Je me rappelle avoir eu un pincement au cœur, avoir eu peur, et être revenu le lendemain, le surlendemain, et les jours d’après. J’ai chaque fois trouvé l’arbre vide, la place désertée. Mon cœur tendre se serra quelques jours, puis je me dis qu’elle était heureuse, là où elle était. Elle m’avait raconté son passé dans un clan, combien elle avait été heureuse, avant d’être chassée pour être tombée amoureuse d’un solitaire. J’espérai qu’elle était au Clan des Etoiles. J’espérai la retrouver un jour. Je me rappelle encore aujourd’hui notre dernière conversation.


« Pirate ?
- Oui Fleur ?
- Tu sais, un jour je vais partir, là, me dit-elle en montrant les étoiles.
- Je sais, Fleur, je sais, mais je n’y pense pas.
- Pourquoi ?
- Parce que … Peut-être que je n’ai pas envie de te perdre ?
- Oh … Je n’ai pas envie de t’abandonner non plus, mon petit.
- Pourquoi y penses-tu ?
- Je suis vieille et … Et je le sens.
- Oh …
- Oui, je sens qu’elle vient, la Faucheuse, qu’elle va me cueillir dans mon sommeil. Alors que voulais te dire, avant qu’il ne soit trop tard, que j’ai été heureuse de te rencontrer. Merci pour tout.
- Moi aussi, j’ai été heureux de te rencontrer. Tu sais, je crois que tu confonds les rôles : c’est toi qui m’a soutenu, toi qui m’a poussé à croire de nouveau en l’avenir, toi qui m’a convaincu que la vie n’était pas si pourrie.
- Certes Pirate, mais grâce à toi, je mourrais heureuse. »


Et toi dans la vie de tous les jours
http://www.youtube.com/watch?v=nkhTA6MQ3BQ


Ton prénom : Elodie, mais appelez-moi Crats c:
Ton âge : 14 ans.
Ta localisation : Lyon.
Comment as-tu connu le forum ? Il est sur la page de Warrior's Heart, en coup de coeur :B
Comment le trouves-tu ? Surprenant, nouveau. Et surtout magnifique !**
Codes du règlement VALIDÉE PAR WAPHY'S


Cette fiche a été codée par Madouce pour Epicode, ne pas enlever le copyright.
Revenir en haut Aller en bas
Etoile de Mûre
Fondatrice ~ Chef du clan du Vent
avatar
Messages : 364
Date d'inscription : 08/05/2013
Age : 18
Localisation : Derrière toi ! Mouhahahah ! //CAMION//

MessageSujet: Re: Freedom. - Pirate Vagabond   Dim 26 Mai - 8:11

Bienvenue sur The Secrets of Cats !

Je suis contente que tu trouves le forum magnifique ça fait très plaisir ♥
Je te valide, le code est bon, et tu semble avoir tout fini non ?
Je ne verrouille pas tout de suite pour que les autres membres puissent te dire bonjour ♥
Ah et il te faut aussi une signa !

Sinon moi c'est Waphy's la fondatrice du forum alias Etoile de Mûre chef du clan du Vent.

_________________

Ouvre c'est la 8ème merveilles du monde *-* ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-secrets-of-cats.forumactif.org
Éclat d'Opale
Guerrier du clan du Vent
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 23/05/2013

MessageSujet: Re: Freedom. - Pirate Vagabond   Dim 26 Mai - 8:22

Bienvenuuuuue :33

_________________

Nuage de l'Oasis • Ombre:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Divine Comédie
Kyu
Leave Me Alone..
Co Fondatrice
Lieutenant de la Rivière ♠
avatar
Messages : 406
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 18
Localisation : Je vie là où tu n'iras jamais.. *Vive la Picardie ! :la:*

MessageSujet: Re: Freedom. - Pirate Vagabond   Dim 26 Mai - 8:37

Hello 8D *Another Directioner*
Brefouille, je suis Kyu, Adminouille et chefouille de la Rivière, ravie de voir que le forum est en coup de coeur 8D
Merci de t'être inscrite, et comme l'a dit Waphy's, il te faut une signature :3

_________________
Symphonie des Elfes:
 


Cadeaux & Others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hl-ldgc.forumactif.org/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Freedom. - Pirate Vagabond   Lun 27 Mai - 16:49

Merci pour tous les petits mots !♥
Oui, je penserai à la signature. Dès que j'ai trouvé les images, je poste une demande ! c:
Oui, tout est fini. Par contre, je me suis trompée : j'ai mis «solitaire au coeur tendre» mais c'est en réalité «célibataire au coeur tendre». Cette erreur m'a valu d'être dans le groupe des Solitaires, Pirate est dans le Clan de l'Ombre .o. Disoulée pour cette confusion :d
Yeaah, je voyais bien que tu étais fan mais j'espérai que tu serais Directioner :3 J'hésitais avant de m'inscrire parce que je n'avais pas d'idée de personnage, là, comme ça. Et puis j'ai vu ton avatar et je me suis forcée à trouver un personnage coule, et finalement une amie m'a proposé un nom et j'ai littéralement craqué. Bref, Nialler fait des ravages :')
Revenir en haut Aller en bas
Etoile de Mûre
Fondatrice ~ Chef du clan du Vent
avatar
Messages : 364
Date d'inscription : 08/05/2013
Age : 18
Localisation : Derrière toi ! Mouhahahah ! //CAMION//

MessageSujet: Re: Freedom. - Pirate Vagabond   Lun 27 Mai - 16:57

Je vais directement changé ça ne t'inquiète pas !
Je suis vraiment désolé qui est eu une telle confusion...
En tout cas tu es validé et j'adore vraiment ton personnage et j'ai hâte de RP avec toi !
Enfin bref je lock, déplace et surtout je te change de groupe ! :3

_________________

Ouvre c'est la 8ème merveilles du monde *-* ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-secrets-of-cats.forumactif.org
Etoile Crépusculaire
Chef du clan de l'Ombre
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 18
Localisation : Je suis de retour, pour te jouer un mauvais tour //BOUM//

MessageSujet: Re: Freedom. - Pirate Vagabond   Lun 27 Mai - 19:34

Yes! Un membre dans le Clan de L'Ombre! Je suis Etoile Crépusculaire, justement chef de ce Clan.
Mais tu peux m'appeler Flamy' comme tout le monde!
En passant, j'adore te prez', elle est juste

_________________
"Le jour où la connerie est tombée du ciel, je n'avais pas de parapluie, je m'en suis pris plein la tête..."

Ma signa':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Divine Comédie
Kyu
Leave Me Alone..
Co Fondatrice
Lieutenant de la Rivière ♠
avatar
Messages : 406
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 18
Localisation : Je vie là où tu n'iras jamais.. *Vive la Picardie ! :la:*

MessageSujet: Re: Freedom. - Pirate Vagabond   Mar 28 Mai - 15:34

Nialler, je l'aime 8D *Pan*

_________________
Symphonie des Elfes:
 


Cadeaux & Others:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hl-ldgc.forumactif.org/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Freedom. - Pirate Vagabond   

Revenir en haut Aller en bas
 

Freedom. - Pirate Vagabond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» PERHAPS F X CANICHE/GRIFFON 9 ANS (59) ASSO VAGABOND & CO
» [Officiel] Nicodemus, L'Eternel Vagabond.
» Les chansons de pirate !
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ♫

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Secrets of Clans :: &. Présentation et CO :: ♣. LES PRÉSENTATIONS :: ♣. LES PRÉSENTATIONS VALIDÉES :: ♣. CLAN DE L'OMBRE-